Mike Oscar Lima Lima Yankee

Lorsque je vous racontais mes mésaventures irlandaises, j’étais en plein Yachtmaster à Kinsale. Cette fois, c’est terminé. J’ai réussi théorie, pratique et tous les certificats STCW nécessaires à un commercial endorsment. Au final c’était plutôt facile, l’examen pratique a d’ailleurs duré seulement 36h sur les 54 prévues, l’expert jugeant notre niveau largement suffisant. On était 3 et on avait tous plus de 20’000 miles nautiques dans les pattes, ça a sûrement joué en notre faveur. Le seul point difficile pour moi fût de réapprendre tous les termes nautiques et expressions en anglais. A ceux qui voudrait se lancer dans cette formation RYA, n’y allez pas si votre anglais n’est pas très bon.
J’ai donc maintenant le droit de skipper professionnellement des bateaux allant jusqu’à 200 tonnes sous n’importe quel pavillon (sauf français).

 

img_0502

 

La paperasse terminée, Tristan (de Genève) me rejoint pour la suite du voyage. Coup de chance, on trouve rapidement une fenêtre météo presque potable pour descendre d’une traite sur la Bretagne. 60h de près plus tard, on s’amarre à 3h du matin, sous la lune du siècle à un petit quai de Douarnenez au sud de la rade de Brest. Quelques heures plus tard, un fort coup de vent nous force à changer de ponton et à remonter dans la rivière jusqu’au port de Rhu. On y reste bloqué 8 jours, le mauvais temps ne voulant plus nous quitter. Sur place on rencontre Christian et Marie qui nous font visiter la région. On retrouve aussi Jean et sa famille rencontrés 3 ans plus tôt à Gibraltar. Le monde des gens de mer est décidément petit et même les amitiés furtives perdurent.

 

 

Au port de Rhu on trouve toutes sortes de vieux bateaux, en voici quelques-uns.

 

 

Je décide de sortir le bateau dans le Morbihan, là où nos amis de Mora Mora rencontrés aux Caraïbes 2 ans plus tôt habitent et me conseillent un chantier. On reprend donc la mer avec Tristan pour une navigation de 100 miles vers le sud. Une petite journée de mer avec un vent correct annoncé. Mais la mer souhaite peut-être me faire un clin d’oeil, prolonger cette dernière navigation de l’année. Elle se creuse et le vent vire de 45 degrés en fraîchissant. Les 24h se transforment en 48h au près serré dans une mer courte et hachée. La température de l’air descend à 0 degré. Visiblement, la Bretagne en hiver ça se mérite.

 

 

On arrive finalement à Hoedic, une petite île très touristique en été, calme et paisible en hiver. Gégé et Martine nous attendent au ponton, on prend l’apéro. Cette dernière escale s’annonce agréable.

 

 

Commentaires

  1. Monique a écrit le

    Bonjour cousin, un vrai capitaine Haddock!!!!
    Bon vent à tout bientôt, mille gros bisous.
    Monique

  2. Danielle Dubois a écrit le

    haa je voyage avec ces récits, merci beaucoup, bon retour, c’est Oriane qui va être aussi être contente.. ( la maman de Céline L ).. Salutations

  3. Normande a écrit le

    Je trouve votre histoire, toi et Oriane, ensemble et chacun à vivre vos rêves, super intéressante et enrichissante. Je vous admire!

  4. Normande a écrit le

    Salut Emilien,
    J’adore lire tes récits de voyage. Ça me fait un peu voyager aussi…! Tu as de nouvelles photos de Mousse?
    Elle me manque cette année!

  5. Babou a écrit le

    Courage bientôt à la maison à revoir ta tite femme. Et bientôt un souper à la maison.
    Ont t’envois pleins pleins de bisous pour la suite du retour er vivent tous se voir. ???

  6. Gwendal a écrit le

    Repose toi ! Tu l’as mérité !

Les commentaires sont fermés.