L’hiver au soleil !

Nous nous étions quittés il y a presque 6 mois lorsque je rejoignais Gran Canaria à bord de Molly. Beaucoup de choses se sont passées depuis et vous êtes nombreux à avoir demandé de mes nouvelles, je vous en remercie vraiment.

 

 

Lorsque j’arrive à Las Palmas en août, Sam me rejoint 10 jours. Puis Oriane vient passer 5 semaines à bord. Elle a décidé de rester définitivement à terre mais profite du voilier pour avancer ses tableaux. Elle s’est mise à la peinture. Je fais ensuite quelques allers-retours dans le sud de l’île et sur Fuerteventura qui restera pour moi la plus belle des Canaries. Les fonds y sont magnifiques. Le seul hic est le vent fort qui y souffle en quasi-permanence.

 

Fin octobre, je convoie un voilier de Gibraltar à St-Lucie dans le cadre de l’ARC. L’équipage est très sympa et c’est une chouette expérience que de traverser l’Atlantique en tant que capitaine sur un autre bateau que le mien. 23 jours de mer tout de même. On s’en sort relativement bien classé et sans casse. Je fais ensuite un passage express en Suisse (3 jours) et retourne aux Canaries.

 

 

Fin décembre, la météo a bien changé et un pull est maintenant nécessaire. Je traverse rapidement vers Santa Cruz de Tenerife ou Sam me rejoint. Il vient passer 2 mois à bord de Molly. On passe 1 semaine à avitailler, préparer, recoudre, gratter et picoler. Nourya et Estelle, deux copines franco-suisses, embarquent avec nous. Le 8 janvier, on largue les amarres pour ma 2ème transatlantique de la saison, la 3ème avec Molly et ma 5ème en 6 ans. Les vents sont clairement plus forts qu’à la première mais ça n’entame pas notre bonne humeur. 25 jours de mer pour 3’200 miles nautiques. Pour Sam, c’est sa première navigation en voilier. Il est habituellement facteur en Suisse, c’est osé comme pari mais il s’en sort très bien. Les deux filles ont quant à elles pas mal d’expérience en bateau et me simplifient vraiment la vie.

 

 

Nous atterrissons à Grenade début février. Nourya rejoint son copain et quitte le bord pour partir visiter l’île à pied. Avec Estelle et Sam, on traîne dans le sud des Antilles. Fin février, on tente une remontée épique vers la Martinique, avec 25 noeuds de vent au près, un courant de 3 noeuds dans la figure et des grains violents. Il nous faudra 48h pour débarquer aux Anses d’Arlet. Sam reprend l’avion et retourne livrer son courrier en Valais, la peau bronzée et des épines d’oursins dans les doigts de pieds.

 

 

Et la suite, vous me direz ? Pour l’instant plein de projets pour cet été qui se mettent en place, mais c’est encore trop tôt pour en parler. Qui vivra verra, comme on dit.

 

En attendant, un petit florilège des plus belles couleurs que le ciel nous a offert ces derniers mois.

 

 

En attendant, Kenavo comme disent les bretons et portez vous bien !
Emilien

 

Commentaires

  1. Rapillard dolorès a écrit le

    Un grand plaisir de vous avoir découvert aux travers de vos photos. Vous nous avez permis de voyager avec vous dans de belles et lointaines contrées. Merci 🌈

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *